Flora Mikula

flora mikula copieSans plus attendre, l’interview de Flora Mikula, notre Chef du mois de Mars !

Pourquoi avoir accepté de participer à cette aventure ? En quoi cela vous tenait-il à cœur ?

Tout d’abord, je pense que nous sommes tous concernés par cette maladie, on a plus ou moins tous un proche, le proche d’un ami ou une connaissance touchée par cette maladie. Pour ma part, j’ai perdu deux personnes très proches des suites de cette maladie, c’est pourquoi je me sens d’autant plus concernée par ce combat et l’envie de tout faire pour lutter.

Cette maladie fait peur, c’est pourquoi nous devons tout faire pour aider à la guérison.  Pour ma part, participer à une action comme celle-ci me semble plus motivante que faire un simple don d’argent à une association parmi tant d’autres.

Donner de sa passion pour servir les autres est tellement instructif !

Pourriez-vous nous dire un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancée dans la cuisine ?

J’ai commencé à apprendre la cuisine, tout d’abord par obligation, pour ma famille puis j’y ai pris gout. J’adore voyager, me lancer dans ce métier me permettait de continuer à voyager.

Fille de militaire, je suis également attirée par le coté très organisé, hiérarchique et autoritaire qui se retrouve aussi en cuisine. Le fait de devoir faire ses preuves était aussi important pour moi !

J’ai eu trois restaurants, le dernier est également un  hôtel.  J’ai eu envie de créer un endroit « comme à la maison », avec  plus de liberté d’expressions pour moi.

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ? 

Je viens du midi donc je voulais un plat qui rappelait le soleil et la bonne humeur avec beaucoup de couleurs ! Je mets toujours les légumes en avant dans mon travail donc le choix s’est imposé de lui-même.

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

De manière générale, j’aime principalement travailler les légumes et les herbes, mais pour n’en choisir qu’un seul, je dirais l’asperge.

Quel est votre meilleur souvenir de cuisine ? Et le pire ?

Mon souvenir le plus unique correspond à un diner à Londres, lorsque je travaillais pour un grand hôtel. Nous devions réaliser un diner pour un très grand bijoutier.  J’ai eu la chance, pour cette occasion, de pouvoir cuisiner avec Alain Chapel, Pierre Troisgros et Jean-Michel Lorain.

Cependant, ces trois grands chefs ne parlaient pas anglais, j’ai donc du assurer toute la communication entre les brigades anglaises et les chefs pour toutes les réalisations de recettes.

Mon pire souvenir de cuisine se passe à la période des fêtes de fin d’année lors de mes premiers mois de cuisine !

J’avais pour mission de cuir les dindes au four, je pensais qu’elles avaient été livrées « évidées », je les ai donc enfournées pour le temps de cuisine nécessaire.

Je me suis finalement rendue compte que les abats avaient bien été retirés mais replacés dans un sac plastique à l’intérieur de la dinde qui a été ensuite refermée complètement. Je vous laisse imaginer l’odeur de plastique brulé, les produits gâchés et le savon que je me suis pris 🙂

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Toujours cuisiner à partir de ce que l’on à dans notre frigo, pas de gaspillages, des produits naturels, de saisons et correspondant aux lieux où nous sommes.

Cuisiner ce que l’on aime et respecter le produit !

Et un dernier argument pour acheter le livre ? 🙂

Dans le monde actuel, la technologie est très mise en avant, mais revenir de temps en temps sur une base de papier, cela fait du bien. On reprend le sens de l’échange, du tactile en ayant l’objet en main.

On se fait plaisir avec un bon livre de recette tout en ajoutant sa pierre à l’édifice. C’est ce que l’on appelle joindre l’utile à l’agréable !

Nicolas Gautier

nicolas gautier copieDécouvrez maintenant l’interview du Chef Nicolas Gautier, qui nous a accordé quelques minutes de son temps pour nous en dire plus à son sujet !

Sa recette prévue pour le mois de juin nous met déjà l’eau à la bouche et nous fait oublier le froid de cet hiver !

Pourquoi avoir accepté de participer à ce projet ? Pourquoi participer à cette aventure vous tenait-il à cœur ?

J’ai été touché par cette cause, par cette histoire venant d’Olivier, c’est une cause qui mérite d’être défendue. Ça à donc été une évidence pour moi d’accepté de participer à l’aventure !

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ?

J’ai voulu choisir un plat diététique, bon pour le corps et la santé, cette entrée était très appréciée dans mon restaurant, mon choix était donc fait. Le maquereau est l’un des poissons les moins gras, mais j’ai tout de même voulu ajouter une belle touche de gourmandise avec cette glace moutarde-cacahuètes.

Un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le domaine de la gastronomie ?

Un père cuisinier et une mère serveuse, je suis pratiquement né au dessus d’un restaurant. Lorsque j’étais enfant, mon dîner était préparé par les cuisines, je choisissais souvent la sole meunière et les profiteroles au chocolat ! J’ai donc toujours adoré ce milieu. J’ai passé le CAP de cuisinier. J’ai eu plusieurs expériences dans  divers établissements, notamment en Suisse et en Picardie.

J’ai eu mon propre restaurant pendant 5 ans.

Quelle est votre actualité ?

Je suis actuellement chef du restaurant La Laiterie à Lambersart, mon objectif est donc de continuer à mettre les producteurs et les chefs en avant !

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

Sans hésitation, le poisson ! Particulièrement celui d’eau douce.

Quel est votre meilleur souvenir en cuisine ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir est d’avoir emmené ma femme et mes enfants de 4 et 8 ans dans le restaurant 2 étoiles de Yoann Conte. Mon fils de 4 ans a demandé un yaourt au chocolat en dessert, et le chef lui a réalisé ce qu’on pourrait décrire comme le meilleur yaourt au chocolat du monde 🙂

Mon pire souvenir pourrait être l’organisation d’un pique-nique champêtre en montagne pour 300 convives, le défi était déjà difficile à relever mais l’apparition imprévue de la neige pendant toute la durée de l’animation nous a bien compliqué la tache !

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Toujours être généreux !

Et s’il fallait un argument supplémentaire pour acheter le livre ? 🙂

Demain cela pourrait être vous ! Il faut prendre part à cette cause et agir avant qu’il ne soit trop tard !

Hermance Carro, la Marraine 2015

On attaque cette nouvelle année en vous présentant Hermance Carro !

Après avoir participé à plusieurs éditions de l’agenda, elle est aujourd’hui la marraine de notre édition 2015 !

Hermance Carro a pris le temps de répondre à nos quelques questions, on vous la laisse découvrir plus en détail  🙂

Pourquoi avoir accepté de participer à ce projet ? Pourquoi prendre part à cette aventure vous tenait-il à cœur ?

Je connais Olivier depuis 2010, j’ai donc suivi la création de l’agenda des chefs de près. Cette aventure m’a touchée, j’ai participé à plusieurs éditions de l’agenda, il était inconcevable pour moi de ne pas participer au livre.

Je suis une femme donc je me sens concernée par cette maladie.

Par cette action, j’aimerais sensibiliser les femmes à cette maladie et les encourager à se faire dépister, j’y suis moi-même allée lorsque j’ai pris part à cette aventure.

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ?

On m’a choisie pour le mois de janvier, qui est pourtant la saison opposée à ma cuisine habituelle, je viens du sud, donc l’hiver n’est pas ma période favorite. J’ai donc choisi un plat qui est un classique dans mon restaurant depuis des années. C’est une valeur sûre en cette période difficile à mon gout !

Un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le domaine de la gastronomie ?

Mes parents ont achetés un restaurant lorsque j’avais 6 mois, je suis donc plongée dans ce monde depuis toujours et il était évident pour moi que je ferais la même chose qu’eux lorsque je serais grande. J’ai donc fait un bac puis un bts hôtelier. J’ai eu ensuite 8 ans d’expériences dans plusieurs établissements. J’ai ensuite ouvert un premier restaurant avec mon mari pendant 6 ans.

Depuis 2012, nous avons repris le restaurant de mes parents.

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

Les légumes, les produits de saisons, la tomate, le basilic.. Tous les bons produits du sud finalement !

Quelle est votre actualité ?

On voudrait développer le restaurant de mes parents, mettre en avant les 3 chambres d’hôtes que nous avons et également promouvoir notre label environnement : la clé verte. Très peu de restaurant l’ont acquis et nous en sommes très fiers.

A titre personnel, ma plus belle actualité reste ma fille de 6 ans et mon petit garçon de 8 mois.

Quel est votre meilleur souvenir en cuisine ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir de cuisine restera, je pense, mon premier stage au Mas du Langoustier, situé sur l’ile de Porquerolle avec le chef Michel Sarran. Quand il s’est terminé, j’ai su que je voulais faire de la cuisine mon métier !

Mon pire souvenir s’est passé dans un restaurant ayant trois macarons Michelin, j’ai été la seule femme en cuisine et j’ai un peu subi une sorte de bizutage, ce fut une période difficile.

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Faire la cuisine avec son cœur et des produits que l’on aime.

Et s’il fallait un argument supplémentaire pour acheter le livre ? 

C’est un petit pas pour chacun mais cela montrera à toutes les femmes touchées qu’elles ne sont pas seules ! 🙂