Flora Mikula

flora mikula copieSans plus attendre, l’interview de Flora Mikula, notre Chef du mois de Mars !

Pourquoi avoir accepté de participer à cette aventure ? En quoi cela vous tenait-il à cœur ?

Tout d’abord, je pense que nous sommes tous concernés par cette maladie, on a plus ou moins tous un proche, le proche d’un ami ou une connaissance touchée par cette maladie. Pour ma part, j’ai perdu deux personnes très proches des suites de cette maladie, c’est pourquoi je me sens d’autant plus concernée par ce combat et l’envie de tout faire pour lutter.

Cette maladie fait peur, c’est pourquoi nous devons tout faire pour aider à la guérison.  Pour ma part, participer à une action comme celle-ci me semble plus motivante que faire un simple don d’argent à une association parmi tant d’autres.

Donner de sa passion pour servir les autres est tellement instructif !

Pourriez-vous nous dire un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancée dans la cuisine ?

J’ai commencé à apprendre la cuisine, tout d’abord par obligation, pour ma famille puis j’y ai pris gout. J’adore voyager, me lancer dans ce métier me permettait de continuer à voyager.

Fille de militaire, je suis également attirée par le coté très organisé, hiérarchique et autoritaire qui se retrouve aussi en cuisine. Le fait de devoir faire ses preuves était aussi important pour moi !

J’ai eu trois restaurants, le dernier est également un  hôtel.  J’ai eu envie de créer un endroit « comme à la maison », avec  plus de liberté d’expressions pour moi.

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ? 

Je viens du midi donc je voulais un plat qui rappelait le soleil et la bonne humeur avec beaucoup de couleurs ! Je mets toujours les légumes en avant dans mon travail donc le choix s’est imposé de lui-même.

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

De manière générale, j’aime principalement travailler les légumes et les herbes, mais pour n’en choisir qu’un seul, je dirais l’asperge.

Quel est votre meilleur souvenir de cuisine ? Et le pire ?

Mon souvenir le plus unique correspond à un diner à Londres, lorsque je travaillais pour un grand hôtel. Nous devions réaliser un diner pour un très grand bijoutier.  J’ai eu la chance, pour cette occasion, de pouvoir cuisiner avec Alain Chapel, Pierre Troisgros et Jean-Michel Lorain.

Cependant, ces trois grands chefs ne parlaient pas anglais, j’ai donc du assurer toute la communication entre les brigades anglaises et les chefs pour toutes les réalisations de recettes.

Mon pire souvenir de cuisine se passe à la période des fêtes de fin d’année lors de mes premiers mois de cuisine !

J’avais pour mission de cuir les dindes au four, je pensais qu’elles avaient été livrées « évidées », je les ai donc enfournées pour le temps de cuisine nécessaire.

Je me suis finalement rendue compte que les abats avaient bien été retirés mais replacés dans un sac plastique à l’intérieur de la dinde qui a été ensuite refermée complètement. Je vous laisse imaginer l’odeur de plastique brulé, les produits gâchés et le savon que je me suis pris 🙂

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Toujours cuisiner à partir de ce que l’on à dans notre frigo, pas de gaspillages, des produits naturels, de saisons et correspondant aux lieux où nous sommes.

Cuisiner ce que l’on aime et respecter le produit !

Et un dernier argument pour acheter le livre ? 🙂

Dans le monde actuel, la technologie est très mise en avant, mais revenir de temps en temps sur une base de papier, cela fait du bien. On reprend le sens de l’échange, du tactile en ayant l’objet en main.

On se fait plaisir avec un bon livre de recette tout en ajoutant sa pierre à l’édifice. C’est ce que l’on appelle joindre l’utile à l’agréable !

Nicolas Gautier

nicolas gautier copieDécouvrez maintenant l’interview du Chef Nicolas Gautier, qui nous a accordé quelques minutes de son temps pour nous en dire plus à son sujet !

Sa recette prévue pour le mois de juin nous met déjà l’eau à la bouche et nous fait oublier le froid de cet hiver !

Pourquoi avoir accepté de participer à ce projet ? Pourquoi participer à cette aventure vous tenait-il à cœur ?

J’ai été touché par cette cause, par cette histoire venant d’Olivier, c’est une cause qui mérite d’être défendue. Ça à donc été une évidence pour moi d’accepté de participer à l’aventure !

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ?

J’ai voulu choisir un plat diététique, bon pour le corps et la santé, cette entrée était très appréciée dans mon restaurant, mon choix était donc fait. Le maquereau est l’un des poissons les moins gras, mais j’ai tout de même voulu ajouter une belle touche de gourmandise avec cette glace moutarde-cacahuètes.

Un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le domaine de la gastronomie ?

Un père cuisinier et une mère serveuse, je suis pratiquement né au dessus d’un restaurant. Lorsque j’étais enfant, mon dîner était préparé par les cuisines, je choisissais souvent la sole meunière et les profiteroles au chocolat ! J’ai donc toujours adoré ce milieu. J’ai passé le CAP de cuisinier. J’ai eu plusieurs expériences dans  divers établissements, notamment en Suisse et en Picardie.

J’ai eu mon propre restaurant pendant 5 ans.

Quelle est votre actualité ?

Je suis actuellement chef du restaurant La Laiterie à Lambersart, mon objectif est donc de continuer à mettre les producteurs et les chefs en avant !

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

Sans hésitation, le poisson ! Particulièrement celui d’eau douce.

Quel est votre meilleur souvenir en cuisine ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir est d’avoir emmené ma femme et mes enfants de 4 et 8 ans dans le restaurant 2 étoiles de Yoann Conte. Mon fils de 4 ans a demandé un yaourt au chocolat en dessert, et le chef lui a réalisé ce qu’on pourrait décrire comme le meilleur yaourt au chocolat du monde 🙂

Mon pire souvenir pourrait être l’organisation d’un pique-nique champêtre en montagne pour 300 convives, le défi était déjà difficile à relever mais l’apparition imprévue de la neige pendant toute la durée de l’animation nous a bien compliqué la tache !

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Toujours être généreux !

Et s’il fallait un argument supplémentaire pour acheter le livre ? 🙂

Demain cela pourrait être vous ! Il faut prendre part à cette cause et agir avant qu’il ne soit trop tard !

Hermance Carro, la Marraine 2015

On attaque cette nouvelle année en vous présentant Hermance Carro !

Après avoir participé à plusieurs éditions de l’agenda, elle est aujourd’hui la marraine de notre édition 2015 !

Hermance Carro a pris le temps de répondre à nos quelques questions, on vous la laisse découvrir plus en détail  🙂

Pourquoi avoir accepté de participer à ce projet ? Pourquoi prendre part à cette aventure vous tenait-il à cœur ?

Je connais Olivier depuis 2010, j’ai donc suivi la création de l’agenda des chefs de près. Cette aventure m’a touchée, j’ai participé à plusieurs éditions de l’agenda, il était inconcevable pour moi de ne pas participer au livre.

Je suis une femme donc je me sens concernée par cette maladie.

Par cette action, j’aimerais sensibiliser les femmes à cette maladie et les encourager à se faire dépister, j’y suis moi-même allée lorsque j’ai pris part à cette aventure.

Comment avez-vous choisi ou imaginé la recette que vous avez sélectionnée pour la publication ?

On m’a choisie pour le mois de janvier, qui est pourtant la saison opposée à ma cuisine habituelle, je viens du sud, donc l’hiver n’est pas ma période favorite. J’ai donc choisi un plat qui est un classique dans mon restaurant depuis des années. C’est une valeur sûre en cette période difficile à mon gout !

Un mot sur votre parcours professionnel ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le domaine de la gastronomie ?

Mes parents ont achetés un restaurant lorsque j’avais 6 mois, je suis donc plongée dans ce monde depuis toujours et il était évident pour moi que je ferais la même chose qu’eux lorsque je serais grande. J’ai donc fait un bac puis un bts hôtelier. J’ai eu ensuite 8 ans d’expériences dans plusieurs établissements. J’ai ensuite ouvert un premier restaurant avec mon mari pendant 6 ans.

Depuis 2012, nous avons repris le restaurant de mes parents.

Quel ingrédient/aliment préférez-vous cuisiner ?

Les légumes, les produits de saisons, la tomate, le basilic.. Tous les bons produits du sud finalement !

Quelle est votre actualité ?

On voudrait développer le restaurant de mes parents, mettre en avant les 3 chambres d’hôtes que nous avons et également promouvoir notre label environnement : la clé verte. Très peu de restaurant l’ont acquis et nous en sommes très fiers.

A titre personnel, ma plus belle actualité reste ma fille de 6 ans et mon petit garçon de 8 mois.

Quel est votre meilleur souvenir en cuisine ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir de cuisine restera, je pense, mon premier stage au Mas du Langoustier, situé sur l’ile de Porquerolle avec le chef Michel Sarran. Quand il s’est terminé, j’ai su que je voulais faire de la cuisine mon métier !

Mon pire souvenir s’est passé dans un restaurant ayant trois macarons Michelin, j’ai été la seule femme en cuisine et j’ai un peu subi une sorte de bizutage, ce fut une période difficile.

Auriez-vous une astuce de cuisine à nous confier ?

Faire la cuisine avec son cœur et des produits que l’on aime.

Et s’il fallait un argument supplémentaire pour acheter le livre ? 

C’est un petit pas pour chacun mais cela montrera à toutes les femmes touchées qu’elles ne sont pas seules ! 🙂

Stéphane Dozier aka Mister Macarons

Chef pâtissier au parcours atypique, Stéphane Dozier aime à partager sa passion pour la pâtisserie pendant les cours qu’il donnent régulièrement avec  Restolib’ et son acolyte Olivier Chaput. C’est en travaillant dans les palaces parisiens que Stéphane a pris goût à la gastronomie gourmande. Il puise son énergie en transmettant son savoir avec générosité aux adultes en reconversion professionnelle préparant le CAP pâtisserie.

Votre engagement pour des actions caritatives, c’est naturel pour vous ?

Oui, j’ai voulu aider Olivier dans son action. Je trouve son projet réaliste et transparent, à travers son association, on sait exactement où vont les fonds récoltés.

Durant ces quatre années, vous avez vécu des moments forts avec cette aventure, pouvez-vous en partager un avec nous ?

Oui, l’année dernière la soirée du lancement du « Ruban de l’Espoir » se déroulait sur une péniche à Paris. A la base, un célèbre pâtissier devait faire des pâtisseries mais  il a fait faux bond à la dernière minute .Olivier m’a demandé au pied levé de le remplacer et de les faire à sa place, et la spontanéité avec laquelle je l’ai remplacé m’a ouvert les yeux sur une réalité. Je suis moins vénale que je ne le pensais.

Pourquoi cette soirée a été si particulière pour vous ?

En fait ça a été une épreuve pour moi, car jusqu’à présent je fuyais cette réalité du cancer. Mon père a été emporté par cette maladie qui restait un tabou dans ma famille.

Et qu’est ce qui a changé du coup ?

J’ai été bluffé par l’énergie de ces femmes malades. Cette soirée au sujet grave se transformait en fête, ces femmes en tiraient le meilleur. L’image de La Nouvelle Orléans, avec ses enterrements gais où on chante et on danse, s’est imposée à mes yeux .Ces images décalées me correspondent et me conviennent.

Si vous deviez retenir une seule chose?

Ce projet émouvant a été une leçon d’humilité et de solidarité positive, une vraie leçon de vie ! Ca m’a permis de mettre mes compétences au service de quelque chose de bien.

Et de réaliser un fantasme de pâtissier ?

Et oui ! Le comble, fut de faire des macarons en forme de nichons ! Un grand fantasme d’érotisme pour un pâtissier !! En effet, faire une pâtisserie à la forme généreuse été une façon élégante de faire un pied de nez à cette maladie

Le geste responsable de Noël, l’Agenda des Chefs avec Tribway!

Cette année pour Noël, faites une action pour soutenir la lutte contre le cancer du sein, c’est le choix qu’a fait Tribway, 1er site de rencontre entre shoppeurs et produits exigeants !

Lancé en Septembre 2012 , par une bande d’amis, Maxime Fourny, Sarah Allart, Félix Motosso, Fabien Collangettes et Xavier Poinas, Tribway compte aujourd’hui plus de 50 000 membres. Le site propose des ventes éphémères de produits tendance et originaux et une mise en avant de suggestions appelé : « le wall of love », qui dévoile en temps réel les derniers produits shoppés et les coups de cœur de la communauté (amis, guides, influenceurs…)

Tribway permet de découvrir chaque jour des marques et originales et innovantes, mais aussi des marques éco-responsables qui se soucient de la santé des consommateurs, de la planète et de l’emploi.

C’est dans cette logique que Tribway a décidé de s’associer à l’Agenda des Chefs. Sarah Allart témoigne : « C’est une très belle initiative collective, et l’Agenda des Chefs est un très beau produit : bien conçu, original et astucieux. Nous sommes donc ravis de contribuer à faire connaître ce produit, dont l’intégralité des bénéfices sont reversés à la lutte contre le cancer du sein. Une belle façon de shopper utile tout en faisant une bonne action! »

Un grand bravo aux équipes de Tribway qui ont décidé de vendre bénévolement l’Agenda des Chefs, merci pour Elles !

Infos pratiques

La vente aura lieu du 23 décembre au 5 janvier sur le site www.tribway.com

Yadira Deffradas, une enseignante pas comme les autres!

Yadira Deffradas est naturellement tournée vers les autres. Depuis 2007, elle enseigne la cuisine aussi bien aux jeunes qu’aux adultes en reconversion professionnel. Aujourd’hui, elle est enseignante au Lycée Professionnel Théodore Monod, elle aime transmettre son savoir et communiquer sa passion pour la Gastronomie. Sa cuisine est emprunte d’un métissage de par ses origines (de mère colombienne et de père français)

Que représente pour vous l’Agenda des Chefs ?

C’est d’abord par amitié pour Olivier et puis parce que je suis une femme et que cet engagement me touche. J’ai été personnellement touchée dans ma famille et il est important pour moi de m’investir pour cette cause.

Comment vous êtes-vous rencontrés avec Olivier ?

Mon Chef au Lycée Théodore Monod a proposé à Olivier de venir travailler sur les CAP alternances et depuis 2 ans nous partageons une véritable complicité. L’année dernière, j’ai organisé une soirée rose de lancement pour l’agenda.

Cette soirée a été importante pour toi et tes élèves ?

Grâce à la mention complémentaire traiteur, ils ont pu préparer un cocktail et nous avons vendu des agendas.

Ils ont compris ce que ça représentait ?

Bien qu’encore jeunes ils ont été pour la plupart très investis et ils ont même acheté des agendas !

Et cette année ?

On n’a pas pu organiser de soirée mais nous restons très solidaires pour cette noble cause.

Malice, générosité et piment la recette gagnante de Louise Denisot!

© Jacques Lange

Louise Denisot fait partie des journalistes vedettes de la chaîne Cuisine plus,  elle délivre avec malice, à travers ses émissions ses recettes faciles et ludiques.

Louise, pourquoi vous êtes-vous impliquer pour l’Agenda des Chefs ?

Parce que c’est un projet qui concerne les femmes et les hommes par la même occasion, il y a une notion de plaisir très présente dans la cuisine. Si on peut apporter une pierre à l’édifice ou un petit carré de sucre !

Un petit carré de sucre, j’aime beaucoup, et comment as-tu rencontré Olivier ?

Je l’ai rencontré à un concours de cuisine où nous étions jury tous les deux, l’Agenda était déjà bouclé pour cette année là mais il a été convenu que je participe au prochain et me voilà.

Si tu avais un dernier mot pour nous dire ce que cette aventure t’a apporté ?

C’est un bon partage et ça permet de rencontrer des gens qui donnent de leur temps pour cette cause et c’est bien!

Père et fille unis pour l’Agenda des Chefs!

Toujours en action, Chef de renom dans la restauration traditionnelle et gastronomique, Professeur au lycée d’Anthony, Jean Yves Corvez a toujours cultivé sa volonté de transmettre et faire partager son savoir. Il est, en outre, l’auteur d’un livre de cuisine traditionnelle qui fait  référence. On a pu aussi le voir participer à des émissions télévisées comme des Racines et des Ailes ou Tous Gastronomes!

Que représente l’Agenda à vos yeux?

C’est un très bel outil de communication, de sensibilisation et de mobilisation, pratique et futé, que l’on peut offrir à n’importe quelle occasion en étant conscient de faire un geste fort pour la lutte contre le cancer.

Pourquoi avez-vous tenu à prendre part à cette aventure ?

Malheureusement, je pense qu’aujourd’hui nous sommes tous touchés par ce fléau et connaissons quelqu’un de proche frappé par la maladie. En tant que mari et père de deux filles devenues des femmes, il me serait difficile d’ignorer et de ne pas être concerné par ce combat. Aussi partager une recette avec ma chocolatière de fille est un véritable bonheur surtout quand on sait que cette création servira une noble cause.

Vraiment, un grand bravo pour cette belle idée qui, je l’espère perdurera.

Philippe Gardette, Président, Chef et pilier de l’Agenda des Chefs

Pour Philippe Gardette, Président de l’Ordre Culinaire International et Chef de renom aux multiples distinctions, son, engagement auprès d’Olivier Chaput permet d’apporter un peu de réconfort et de douceur pour toutes les personnes touchées par la maladie. Et pour lui, si souvent médaillé, la plus belle des récompenses est de voir les gens lui sourire.

Julie Rivière, l’énergie dans un grand coeur!

 

Julie Rivière est une Chef au parcours atypique, elle a fait ses armes au sein de l’entreprise familiale sans passer par la case école hôtelière. Puis  après diverses expériences au sein des grandes maisons elle  décide d’ouvrir son propre établissement, le 23 Clauzel.

Pourquoi avez-vous accepté de participer à l’Agenda des Chefs ?
D’abord en tant que femme, je peux être confrontée à ce problème et je pense qu’il faut aider les associations comme celle d’Olivier et qu’il est important de se mobiliser pour faire avancer les choses. Il faut aider et répondre présent et je continuerais à le faire.

En plus le fait que cette action se fasse via la gastronomie, votre passion  cela doit être très parlant pour vous ?
Oui sans parler de gastronomie, la cuisine est un métier de partage  d’amour on fait ce métier avec le cœur et l’association d’Olivier en est le prolongement.

Un dernier mot pour inciter les gens à acheter l’Agenda des Chefs ?
Nul n’est à l’abri, les autres, ça peut être nous demain et il faut donner de son temps, de son cœur, apporter du réconfort aux malades, être là, être présent tout simplement.