Hermance Carro nous parle de l’Agenda des Chefs

Hermance Carro, Chef de renom, au restaurant Le Castellaras à Fayence, soutient l’Agenda depuis sa création. Elle a connu Olivier quand il a appris la maladie de son ex-femme. Admirative de son projet et de son engagement, elle décide de l’aider.

Quelle aide lui avez-vous apporté ?

J’ai décidé de donner de l’ampleur à son projet, de l’accompagner et de solliciter les Chefs pour participer à son combat.

Vous avez la volonté de pousser les femmes à se faire dépister ?

Oui, je suis une jeune maman et ma maternité a exacerbé toute ma féminité. Le cancer du sein touche au plus profond de soi. J’en ai parlé à ma fille que je venais chercher à l’école lorsqu’elle m’a questionnée sur une maman, qui portait un foulard pour cacher son crâne rasé. Cette femme qui connaissait mon soutien à l’Agenda des Chefs  m’a remerciée et elle m’a dit qu’elle avait le sentiment de ne plus se battre seule.

Vous pensez que le dépistage n’est pas assez systématique aujourd’hui ?

Les médecins doivent être plus encore, à l’écoute de leurs patients. Chacun a son ressenti. Ma gynécologue m’a refusé une ordonnance en considérant que je ne représentais pas un terrain à risque. Un de mes clients cardiologue m’a entendu raconter cette histoire. Quelques jours plus tard, je recevais ces mots : « je ne soignerai pas vos seins, mais peut-être un jour votre cœur », avec une ordonnance pour une mammographie…

Que représente l’édition de l’Agenda 2014 pour vous ?

Les Chefs agissent à 4 mains. Cette solidarité et le sens du partage de ce métier reflètent l’esprit de l’Agenda. Tout faire pour se sentir épaulée ! J’ai pris l’habitude de me déplacer avec l’Agenda pour pouvoir en parler à chaque occasion. Lors d’un salon, j’ai rencontré un papa accompagné de son petit garçon qui m’a demandé une dédicace en mémoire de sa maman qui venait de mourir de cette maladie. On en meurt toujours, ce n’est pas un mythe. Il faut se battre et je serais toujours aux côtés d’Olivier, mon petit frère de cœur, pour l’aider toujours plus dans ce combat.

Laisser un commentaire